La Poésie pour Etendard - Tome 11

 

 

lapoesiepouretendard11

 

« La Poésie pour Etendard » est l’anthologie de poésie humaniste annuelle des Amis de Thalie. Cette onzième édition rassemble près de soixante-dix poètes et artistes.

Voici l’avant-propos rédigé la Rédaction :


« Chers amis,

Souvenez-vous, Aragon écrivait : « Le poète a toujours raison … »

Exprimons « haut et fort » notre volonté à exister dans un monde altruiste et généreux, disons l’inacceptable, dénonçons l’horreur, menons le juste combat des « belles idées », abolissons les frontières, luttons contre la haine, la bêtise …
Apprenons à ne connaître du silence que le souffle paisible,
Tendons la main à la misère, Partageons … Donnons … en participant à l’ « Anthologie  de la Poésie Humaniste des Amis de Thalie », chaque année, nous, poètes, écrivains, artistes de tous horizons, agissons, apportons notre pierre à l’édifice pour bâtir un monde meilleur.

N’oublions pas, qu’il est essentiel, pour Demain, de poursuivre tous ensemble le chemin …

La poésie, c’est un cri d’amour, de fraternité, d’espoir,
mais aussi un cri de révolte, de colère,
un témoignage sur l’époque,
un hymne à l’humanité … »


Pour cette édition 2011, j’ai proposé trois textes, « Pourquoi se lever ? », « Dégoût et Nausée » et « Tabouret » tous trois autour du même thème, celui du désespoir et de la souffrance dans le monde du travail.

En effet, l’immense majorité de l’humanité exerce une profession uniquement alimentaire et dans laquelle elle s’épanouit peu. En outre, elle est désormais souvent confrontée à une pression inhumaine et à un contrôle de tous les instants qui font des journées de travail une longue succession d’heures sans fin.

J’ai moi-même été confrontée à cette situation sur mes deux tout premiers postes et je ne trouvais alors aucun sens à ma vie. Le travail était devenu la désespérance de mon existence. Les textes « Pourquoi se lever » et « Dégoût et Nausée » ont d’ailleurs été écrits à cette époque.

Aujourd’hui, mon travail me plait et me permet de me réaliser. Mais je n’oublierai jamais ces années sans sel et sans saveur dans lesquelles j’ai failli noyer mon âme. Les trop nombreux suicides liés au travail, qui se sont récemment produits, ont été une nouvelle réminiscence douloureuse de ces moments. J’ai donc proposé ces trois poèmes en hommage à ces personnes n’ayant pas eu la force de continuer, pour dire que je comprends leur geste et dire que cela n’aurait jamais dû arriver, que cela ne doit plus jamais arriver.


Les Amis de Thalie
Nathalie Lescop-Boeswillwald
La Valade
87520 Veyrac
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.