Fleur Séchée du Concours Festi-Live 2009 "Femmes de Paix"

 

affiche festilive

 

 

Comme vous le savez, cette année, j’ai décidé de consacrer une bonne partie de mon temps aux concours de poésie. Jusque là, j’ai déjà eu quelques belles surprises à l’annonce des palmarès. En voici une de plus qui m’a mise en joie dès le début du mois de juillet …


Tout a commencé il y a quelques mois, lorsqu’en pianotant « concours de poésie 2009 » sur Google, je suis tombée sur le site de Festi-Live. J’ai été tout de suite séduite par l’esprit de ce festival : un week-end musical et culturel, mettant des vedettes sur le devant de la scène, tout en permettant à de jeunes artistes de se faire connaître. Puis, j’ai été fascinée par le nom du lieu où se déroule la manifestation : la Colline de Sion ! Je ne savais même pas qu’un tel lieu existait en France ! Et enfin, le thème choisi cette année « Femmes de Paix » ne m’a vraiment pas laissée indifférente ! (Oui, je suis féministe !)

Alors forcément, j’ai décidé de participer, rêvant déjà secrètement de me rendre sur cette fabuleuse colline et d’y écouter les voix du gospel et d’autres aux accents celtes monter haut et tard dans la nuit jusqu’à la chute des dernières étoiles dans le petit matin …

Au départ, je voulais proposer un texte écrit de longue date. Mais il m’a semblé qu’il n’était pas complètement en phase avec le thème du festival et donc du concours. C’était également l’avis du Lutin du Bonheur qui partage ma vie et accompagne mes folies ! J’ai donc relu les commentaires des organisateurs de Festi-Live portant sur le thème « Femmes de Paix » :

 

femmes de paix 2009

 

 « FEMMES DE PAIX
d’ici ou d’ailleurs


Durant la longue histoire de notre humanité, les femmes ont apporté une contribution qui n’est pas inférieure à celle des hommes, et pourtant, leur rôle et leur dignité ont souvent été bafoués.

Des femmes, d’ici ou d’ailleurs, se sont consacrées à la défense de la dignité de la condition humaine à travers des actions économiques, politiques, sociales, scientifiques, littéraire ou artistiques, etc. ; elles ont ainsi participé à la conquête de droits fondamentaux.

Aujourd’hui, des millions de femmes s'engagent quotidiennement pour la promotion de la paix. Leur effort est souvent méconnu et si peu reconnu. Quelques-unes ont certes reçu le prix Nobel de la Paix. Mais dans les négociations visant à instaurer la paix, ce sont bien davantage des « princes de la guerre » que des « reines de la paix » qui définissent les nouvelles structures politiques, les reconstructions et les conditions nécessaires à la sécurité. Et pourtant, de nombreuses femmes montrent quotidiennement comment, grâce à leur « génie » propre, à leurs expériences et à leurs compétences, il est possible de développer des programmes en faveur de la paix et les rendre durables. II s'agit de femmes du monde entier et de toutes les couches sociales - paysannes, enseignantes, ouvrières, artistes, politiciennes, écrivains, soignantes, mères au foyer, etc. - qui s'engagent pour un avenir sans violence.

Sur la colline de Sion, haut lieu commémoratif rappelant le lent et difficile apprentissage de la paix,  Festi-live 2009 contribuera à rendre visibles l'histoire et le travail de toutes ces femmes. La 3ème édition de ce festival entend enrichir sa programmation musicale d’une variété de portraits de femmes qui offrent leur contribution aux questions, toujours en suspens, que nous nous posons sur la vie et la mort, la famille et la société, le progrès et le partage du savoir, l’épanouissement personnel et le sens de l’autre, le développement économique et le destin de l’humanité, etc. 

Des conférences, des témoignages, des expositions ou des créations artistiques permettront de mieux comprendre comment l’affirmation de la femme, au même titre que l’homme, peut libérer d’immenses forces de création, de production ou de participation capables de transformer à leur tour le comportement des hommes et créer les conditions de nouveaux équilibres, de nouvelles dynamiques dans le monde. Nous savons également qu’il existe encore bien des obstacles qui, en de nombreuses parties du monde, empêchent les femmes de s’intégrer pleinement sur tous les fronts de l’existence.

« Femme, de ta gorge montait un chant nouveau. Mais nous ne t’avons pas laissé la parole bien que tu sois la voix de la moitié de la terre.
 Femme, tes yeux voyaient le monde autrement. Mais nous n’avons voulu ni savoir ce que voyait ton regard, ni connaître sa chaleur »

(Frédéric Mayor du Courrier de l’Unesco).

Il est temps, ici ou ailleurs, de ne pas réitérer une si lourde et si dommageable négligence … »


J’ai laissé ce message couler dans ma pensée, pénétrer et féconder mon imagination et mes ressentis multiples. Puis je l’ai rangé dans un coin de mon esprit pour le laisser mûrir à son propre rythme …

Et une après-midi, alors que je travaillais au cabinet de traduction qui m’emploie, j’ai entendu résonner dans ma tête une marche militaire joyeuse entremêlant des sons de percussions venant des quatre coins du monde. J’ai vu des auréoles de poussière fine et rouge se lever sous les pas fermes et décidés de pieds fins aux chevilles graciles et aux peaux de toutes les couleurs. J’ai vu des regards impérieux se tourner vers moi dans une mélopée murmurée. Elles étaient toutes là les Femmes de Paix, dans ma tête et dans mes veines, au cœur de mon oreille ! J’avais envie de me lever et de les suivre, de danser et de participer à cette longue marche de l’Affirmation ! Et alors elles m’ont soufflé les mots de « La Marche des Lunes ».

J’entends souvent des rythmes et des sons quand j’écris. Mais cela reste souvent superficiel et ne fait que me guider dans mon travail d’écriture. C’est la première fois qu’un air de musique s’impose aussi résolument à moi et depuis, ne me quitte pas !

L’écriture de cette « marche » a été un moment intense qui m’a laissée dans un état de béatitude avancée !!!

J’ai envoyé ce poème au jury en espérant qu’il ressentirait la même chose que moi en le lisant… Je ne sais pas si tel a été le cas, mais le 2 juillet, j’ai reçu un message de Festi-Live m’informant que j’avais remporté le Premier Prix ex-aequo dans la catégorie « Adulte » ! Quel bonheur ! Il était 23h quand j’ai lu ce message et j’ai pleuré de joie devant l’écran de mon ordinateur après avoir poussé un grand cri primaire ! Je crois bien que toutes les Femmes de Paix sont alors venues me sourire tendrement. Vous êtes extraordinaires, femmes du monde, de m’avoir inspiré et fait vivre ça !

Un seul petit regret : je n’ai finalement pas pu me rendre sur la Colline de Sion le 5 juillet pour y recevoir mon Prix. Je m’y suis prise un peu tard. Mais mon bonheur reste intact. Merci à l’ensemble des membres du Jury du Concours !

Et voici donc ce poème, « La Marche des Lunes », mis en image et en page par ma petite Crockette :

 

la marche des lunes by cro

 

Ecrit à Bordeaux, le 22 avril 2009 à 15h55.

En parlant de « Femmes de Paix », je suis heureuse que les organisateurs du Printemps des Poètes aient décidé de mettre la femme à l’honneur, à travers le thème choisi pour l’année prochaine, « Couleur Femme ».