Fleur Séchée de mon premier spectacle de poésie sonore

annonce web

Il avait fait très beau et très chaud pendant dix jours. Puis, pile poil le 5 juin, la journée a commencé toute grise et pleureuse. Or, dans la soirée, je devais donner mon premier spectacle de poésie sonore dans le Jardin des Soirées du Fleuve !
J’ai donc fait des incantations au soleil toute la journée, tout en priant mon bâton de pluie de ne pas attirer sur nous celle qu’il emprisonne délicatement au cœur de son bois !
Il faut croire que le Ciel nous a entendus, les membres des Ateliers du Fleuve et moi, car quelques minutes avant le début du spectacle, les doigts du vent ont gentiment poussé les nuages, et le soleil a même daigné laisser filtrer un rayon timide !

Le beau et vaste jardin mis à disposition par Madame et Monsieur Babinet a peu à peu accueilli les membres de l’association, amis et curieux qui sont venus nous écouter et nous accompagner, Richard QUÉAU et moi. Nous étions au total un peu plus d’une vingtaine.

public


Et nous voici donc partis en voyage à travers « Cotonou sur Garonne » !
Ce titre traduit la rencontre des cultures et mon métissage. Il invite à découvrir d’où je viens et à voir sous un angle particulier la terre où je vais. Le spectacle était constitué de deux parties, la majorité des textes lus étant extraits de mes trois premiers recueils de poésie :
- « Escale au Bénin » : quelques poèmes comme des tableaux ou des photos du Cotonou, du Bénin de mon enfance. J’ai choisi ce thème pour me présenter aux adhérents et au public des Ateliers du Fleuve, étant donné que c’était la première soirée que je passais avec eux.
- « De l’eau à l’eau » : l’eau est un élément qui m’est cher et c’est un de mes thèmes de prédilection en écriture en ce moment. Des textes pour dire l’eau-tristesse, l’eau-mémoire, mais aussi l’eau-purification et l’eau-renaissance. Et un texte pour parler de la Garonne que j’aime et qui est au centre des activités des Ateliers du Fleuve, totalement inédit, écrit spécialement pour cette soirée.

patricia


 

Entre les deux parties, Richard QUÉAU nous a fait profiter de quelques notes de musique.

Cette soirée reste l’un de mes plus beaux souvenirs. J’ai plusieurs fois été submergée par l’émotion en lisant mes textes et en faisant jouer ma castagnette et mon bâton de pluie. J’ai plusieurs fois failli mêler mes larmes au son aqueux de ce bâton magique. En effet, le public a été sublime. Très accueillant, très attentif, très ouvert, très réceptif !

La soirée s’est poursuivie autour d’une longue table qui nous a vus échanger pique-nique, contes et autres histoires dans une ambiance proche je pense de celle des veillées d’autrefois.

a table

 

Pour ce spectacle très personnel, il fallait une affiche très personnelle. J’en ai donc confié la réalisation à ma Wonder K préférée !
L’idée est partie du titre du spectacle, « Cotonou sur Garonne ». En préparant mon intervention, j’ai eu envie de me remémorer ma première intervention de poésie sonore lors du vernissage de mon exposition « Entre-Deux » à la Maison des Femmes de Bordeaux. J’ai alors rouvert mon Livre d’Or et relu tous ces gentils messages laissés par les uns et les autres. Et puis je suis tombée sur ça, la dédicace très personnalisée de Wonder K :

dedicace k

Et alors j’ai eu un flash : la voilà l’idée de visuel pour l’affiche de « Cotonou sur Garonne ». Dans la continuité de ma première intervention !
J’ai donc soumis l’idée à Kellie qui a conçu les deux affiches qui se trouvent au début et à la fin de cette page. Merci encore mille fois ma belle !

Merci à Bernard et Patricia des Ateliers du Fleuve, ainsi qu’à tous les autres membres de l’association. Merci à Madame et Monsieur Babinet pour ce jardin si habité qui a ouvert ses bras pour y recueillir mes mots. Merci encore Kellie, et aussi Isis et Philippe Meynard pour avoir relayé l’info ici, et encore . Merci à Sébastien Lamigou-Gratiaa, ami rencontré au sein d’Esprit Métis et venu poser sa caméra sur ces moments intenses. Merci à Mary Myriam, conteuse envoûtante, qui m’a honorée de sa présence et qui nous a fait voyager dans l’univers de Mauriac lors de la Soirée du Fleuve du 13 juin. Merci à Yves Nouvel de l’association Mieux Vivre en Saint Emilion, venu de loin pour m’écouter. Merci à Emi Al, autre conteur, qui nous a régalés de ses histoires pendant le repas ; il animera la Soirée du Fleuve du 3 juillet.
Merci à tous ceux qui n’ont pas pu venir, mais qui m’ont adressé leurs messages de soutien, votre présence m’a accompagnée tout au long du spectacle : Papa et Maman, Yannick et Martine, Tonton Alain, Kellie, Isis, Tséline, Gabriel Okoundji, merci.
Et merci à toi enfin, mon Alexandre, pour ta présence à mes côtés et ton soutien toujours sans faille.

Avant de vous quitter, je vous livre le poème qui a été écrit spécialement pour cette soirée et qui est dédié aux Ateliers du Fleuve.

Lettre à Garonne

Garonne ...
Je crois bien que tes bras bruissant de douceur
Ont détourné le flux de leurs affluents et confluents
Pour venir bercer le balbutiement de mon être
Dans le bassin originel du ventre de ma mère
Quand je jouais en ton sein, ô Garonne.

Garonne ...
Mes yeux ne sont pas bleus, non
Mais c'est ton eau qui y frémit
Lorsque mon coeur fait ourler tes vagues
Dans l'émotion tremblante de mes regards
Ton sang cristallin abreuvant mes pupilles, ô Garonne.

Garonne ...
Au plus tendre de mes nuits blanches
Sur la chair de ma pensée
Sur la pulpe de mes mots
C'est ta voix qui déplie ses pétales
C'est ton chant qui défroisse son aura, ô Garonne.

Garonne ...
Je crois bien que tu as creusé en moi ton lit
Dans les alluvions de mes larmes
Dans les fertiles sédiments de mes rires
Et quand la poésie enrobe le contour de mes paroles
C'est ton mascaret qui les souffle sur la courbe de ma langue, ô Garonne !

Train Bordeaux-Barsac, le 3 juin 2009 à 19h07.


Vous pouvez visionner ci-dessous la vidéo du spectacle, réalisée par Sébastien Lamigou-Gratiaa (N'oubliez pas d'arrêter la musique du site Internet avant de visionner la vidéo).

Merci encore à Bernard Ecoffet et Patricia Kindts-Ecoffet pour les photos qui illustrent cette page.

Et merci à Richard Quéau pour ces deux magnifiques portraits :

 

 

malice
 

 

 

baton de pluie