29th mai 2010 | 09:32 | dans Miel

bleu.jpg

Jamais encore je n’avais été émue par une bande dessinée.

Jusque là, les bandes dessinées m’avaient amusée, divertie, fascinée, interloquée, fait voyager, réfléchir. Cette fois-ci, j’ai été profondément, intensément émue …

 

Je vous parle de l’album « Le Bleu est une couleur chaude ». Cet album est le tout premier de Julie Maroh. Je l’ai attendu pendant un an en suivant sa genèse sur le blog de cette jeune auteur. Cet album a beau être son premier gros projet de BD, il est empreint de sa maturité.

Tout d’abord, il s’agit d’une véritable œuvre d’art. Déjà, on est surpris par son format et le fait que l’objet soit souple. Comme un carnet de voyage XXL. Les dessins des cases sont, chacun, des tableaux, des bijoux, des estampes sur le fil de ses encres. Julie a apporté une attention délicate au moindre détail … 

Et puis, le découpage est vraiment digne d’un scénario. Tout le temps de ma lecture, j’ai eu l’impression d’être assise dans une salle de cinéma. Les pages et leurs cases filaient dans mon regard telles les scènes d’un film se succédant sur la toile blanche d’une salle obscure.

 

Et enfin l’histoire. Simple, belle et poignante. Une histoire d’amour entre deux filles. Clémentine qui découvre la naissance des sentiments et de la sensualité en même temps que son homosexualité et qui a du mal à l’admettre et à l’accepter. Emma qui est une lesbienne décomplexée et sereine, heureuse d’aimer, d’être aimée et de donner de l’amour.

Bien évidemment, « Le Bleu est une couleur chaude » est un plaidoyer qui pourrait résonner dans le monde entier tous les 17 mai. On y retrouve tout ce que peut avoir à affronter quelqu’un qui n’est pas dans la soi-disant norme : poids du regard des autres, exclusion, affrontements familiaux, rupture avec les parents, etc.

Oui, cet album, c’est cela. Mais c’est d’abord et avant tout une poignante histoire d’amour à laquelle personne ne peut rester insensible, magnifiquement servie par les mots et les dessins de Julie Maroh, d’une indicible justesse.

 

Je pourrais publier ici une ou deux planches de la BD pour finir de vous convaincre de vous y plonger en délice et à cœur ouvert. Mais au fond, ce serait dommage. En effet, si cette BD, si cette histoire est si touchante, c’est parce que Julie Maroh sait user, avec une maîtrise qui ébranle, des silences qui crient si fort sur ses planches. Le silence qui éclabousse dans des regards échangés, des regards accrochés, des regards aimantés. Regards, gestes, couleurs, odeurs, silences. Il y a quelque chose de japonais dans cette expression sensuelle et muette des sentiments. Alors je vous laisse le soin de pénétrer dans cet univers tacite avec votre propre sensibilité.

1 Comment »



Un Commentaie to “J’ai lu et j’ai été enchantée – Le Bleu est une couleur chaude”


Julie Maroh « Esprit Métis – Le blog


[...] plus détaillée de son album, « Le Bleu est une couleur chaude », je vous invite à lire cet article publié sur mon blog [...]